Le saviez-vous

Publié: 31 octobre 2013 par cattara dans Actualités

desjardins_1915
Le 31 octobre 1920

Miné par la maladie, Alphonse Desjardins ne peut mener à terme son projet de fédérer les caisses populaires. Dans son testament, il demande à ses successeurs de mettre tout en oeuvre pour y parvenir. Le père des caisses populaires s’éteint le 31 octobre 1920.

En 1918, Alphonse Desjardins veut créer une unité entre les 140 caisses populaires du Québec. Selon lui, un regroupement en fédération «rendrait de très précieux services à toutes les caisses. Elle (fédération) servirait de foyer de renseignement sur la marche à suivre et surtout sur l’esprit qui devra toujours dominer dans l’administration». Ce projet n’est pas vu d’un très bon oeil par les gérants des caisses populaires qui craignent de perdre leur autonomie au profit d’une caisse centrale. Le 16 septembre 1918, Desjardins organise une réunion avec cinq membres influents du mouvement, dont le vice-président des caisses ainsi que l’abbé Philibert Grondin. Ce groupe se donne pour objectif de réaliser trois projets. Le premier est d’établir une caisse centrale qui aurait pour fonction de maintenir l’équilibre des caisses. Le second consiste à créer un Conseil supérieur de la coopération d’épargne et de crédit. Le projet de fédération des caisses est le troisième objectif de cette réunion. Cette fédération aurait pour but de surveiller, d’inspecter et de faire de la propagande dans les caisses existantes, ainsi que de fonder d’autres caisses populaires. Le décès d’Alphonse Desjardins , le 31 octobre 1920, interrompera la réalisation de ce projet. Ce n’est qu’en 1932 que verra le jour la Fédération de Québec des unions régionales des caisses populaires Desjardins.

En référence: Pierre Poulin, Histoire du Mouvement Desjardins: Desjardins et la naissance des caisses populaires, tome 1, Montréal, Québec/Amérique, 1990, p.261. Réal Bertrand, Alphonse Desjardins, coll. «Célébrités canadiennes» Outremont, Lidec, 1983, p.55.
En complément: Yves Roby, Les caisses populaires : Alphonse Desjardins, 1900-1920, Lévis, La Fédération de Québec des Caisses populaires Desjardins, 1975, 113 p. Jacques Lamarche, Alphonse Desjardins, un homme au service des autres, Montréal, Éditions du Jour, 1977, 173 p. Majella St-Pierre, Alphonse Desjardins : entrepreneur, Montréal, Éditions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s