Archives de mars, 2015

CATTARA au Salon international du livre de Québec

Publié: 30 mars 2015 par cattara dans Actualités

Original page titre CATTARAThetford Mines, 26 mars 2015 – C’est avec grande fierté que l’équipe du Comité d’appui aux travailleurs et travailleuses accidentés de la région des Appalaches (CATTARA) sera au Salon international du livre de Québec afin de présenter à compte d’auteur le livre Jeune travailleur polyvalent : Guide en santé et sécurité du travail.

Venant en aide aux personnes victimes d’accidents du travail et de maladies professionnelles, le CATTARA offre de nombreuses formations dans les écoles secondaires de la région.  Les jeunes font face à de nombreux défis lors de leurs débuts sur le marché du travail. Le livre Jeune travailleur polyvalent : Guide en santé et sécurité du travail se veut donc un outil pour les informer de leurs droits et responsabilités en matière de santé et sécurité au travail. Le livre, lancé à Thetford Mines en novembre  2014, constitue un outil de référence unique au Québec.

Le CATTARA tient à exprimer toute sa reconnaissance au Forum jeunesse régional de Chaudière-Appalaches et au Secrétariat à la jeunesse du Québec qui ont rendu possible la réalisation de ce projet par leur soutien financier.

Le Salon international du livre de Québec se tiendra au Centre des Congrès de Québec du 8 au 12 avril prochain. «Il y avait la loi. Il y avait des dépliants. Désormais il y aura un guide, un outil vulgarisé, exceptionnel », avait affirmé Me Marc Bellemare lors du lancement du livre. Ce dernier, qui en a rédigé la préface, sera d’ailleurs présent au Salon  en compagnie de l’équipe da CATTARA.

Un cultivateur amputé qui a assisté, impuissant, au lent broyage de sa jambe droite après avoir glissé devant sa moissonneuse-batteuse est persuadé que son histoire d’horreur aurait pu être évitée s’il n’avait pas voulu aller trop vite.

« C’était une opération banale, qui était supposée être banale », raconte Bruno Papin, 38 ans.

Le cultivateur de L’Assomption et père de deux fillettes âgées de deux et quatre ans a perdu 90 % de sa jambe à la suite d’un accident de travail survenu dans l’après-midi du 8 septembre 1998, une journée qui avait pourtant commencé comme toutes les autres.

Lire la suite: « C’est une vraie histoire d’horreur que j’ai vécue » 

Il y a 40 ans aujourd’hui- La grève de 1975

Publié: 18 mars 2015 par cattara dans Actualités

Par Nelson Fecteau

Les 3 500 travailleurs de l’amiante déclenchaient une grève de 7 mois.

Thetford Mines, le 18 mars 2015 — Il y a eu exactement 40 ans à minuit hier soir que les 3 500 travailleurs miniers de la région de Thetford Mines à l’époque déclenchaient une grève pour appuyer leurs revendications.
Ces revendications portaient sur la salubrité dans les mines et la santé des travailleurs de même que sur un important rattrapage salarial. De source syndicale, on affirmait alors qu’au moins 30 pour cent des mineurs éprouvaient des problèmes pulmonaires. Une étude menée auprès de 995 travailleurs par l’école de médecine du mont Sinaï de l’Université de New York arrive à la conclusion que 61 pour cent des mineurs exposés à la poussière d’amiante pendant plus de 20 ans sont atteints de troubles pulmonaires.
Au chapitre salarial, le salaire horaire de base était de 3.73 $ . Le syndicat demandait une augmentation de 2.95 $ à la base.
Les 2 200 travailleurs de la région d’Asbestos n’emboîtèrent pas le pas.
Les mineurs des neuf unités syndicales concernées se prononcent pour l’arrêt de travail dans une proportion de 97,6 % . Des lignes de piquetage sont dressées à l’entrée des 9 entreprises en grève. Des autobus, des roulottes et des roulottes de chantier servent d’abris aux travailleurs.
En grève depuis le 18 mars, les travailleurs entérineront l’entente de principe le 18 octobre 1975. Déçus et mécontents, ils paraphent l’entente avant l’entrée en vigueur des directives gouvernementales relatives aux hausses de prix et des salaires annoncées par le gouvernement Trudeau.
L’entente est d’une durée de 2 ans. Au terme de cette dernière, le salaire de base aura atteint 5.72 $.

Tiré de: Thetford en quelques mots : La grève de 1975

Selon les informations obtenues par La Presse, le président du Conseil du trésor Martin Coiteux devrait déposer un projet de loi pour notamment fusionner la Commission des normes du travail à la Commission de la santé et de la sécurité du travail ainsi qu’à celle de l’équité salariale.

Lire l’article: Fusions d’organsimes

QUÉBEC, le 16 mars 2015 /CNW Telbec/ – À l’occasion de la Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture, qui se tient présentement au Québec jusqu’au 18 mars, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Pierre Paradis, tient à rappeler l’importance qu’il faut accorder à la sécurité en milieu agricole

Cette semaine de sensibilisation visant les agriculteurs est organisée par la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) et l’Union des producteurs agricoles, en collaboration avec le Réseau de santé publique en santé au travail. Des ateliers de prévention auront lieu dans toutes les régions du Québec pour sensibiliser les agriculteurs aux risques liés aux pièces en mouvement des machines agricoles.

Pendant la même période, plus précisément du 15 au 21 mars, se déroule la Semaine canadienne de la sécurité en milieu agricole, dont le thème est « Faites la différence ». Mise sur pied par l’Association canadienne de sécurité agricole, cette activité a pour objet d’encourager les particuliers, les organisations et les collectivités à faire leur part pour que les exploitations agricoles soient des endroits sûrs où travailler.

« De 2009 à 2013, la CSST a recensé 250 accidents liés à des pièces en mouvement impliquant un travailleur agricole au Québec. Chaque accident en est un de trop. Il faut donc poursuivre les efforts de prévention et rappeler les risques liés au travail dans les entreprises agricoles. Nous avons besoin de travailleurs en santé et vigilants et c’est pourquoi j’appuie toutes les initiatives de sensibilisation qui sont mises en œuvre », a déclaré M. Paradis.

Chaque année, des producteurs et des travailleurs agricoles sont blessés par les pièces en mouvement des machines agricoles. Tracteurs, moissonneuses-batteuses, presses à foin sont autant de machines dont les éléments de transmission d’énergie peuvent causer des blessures graves, dont des amputations, et même des décès.

Lire la suite: Prévention agriculture

Brigadiers scolaires et policiers subissent plusieurs accidents de travail

Chaussée glacée, crevasses et nids-de-poule: les accidents de travail chez les brigadiers scolaires et les policiers, causés par la piètre qualité des rues, coûtent des millions en indemnités à la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSST).
«C’est un beau métier pour les retraités, mais ça comporte des dangers», a affirmé le brigadier scolaire Raymond Roy, qui tous les jours aide les jeunes à traverser la rue en toute sécurité, peu importe la température. «Après les tempêtes, on mange de la misère», dit l’homme, qui rapporte que certains de ses collègues se sont déjà blessés.

Lire la suite: La piètre qualité de nos rues coûte des millions à la CSST _ JDQ

Un électricien craint d’avoir été exposé à de l’amiante et à d’autres toxines pendant 16 ans, alors qu’il travaillait à l’Agence du revenu Canada (ARC), à Ottawa. Denis Lapointe affirme avoir seulement découvert qu’il avait potentiellement été exposé à ces substances, après avoir rempli des demandes d’accès à l’information.

Lire l’article sur le site de Radio-Canada : La présence d’amiante dans un édifice fédéral surprend un ancien employé

MONTRÉAL, le 10 mars 2015 /CNW Telbec/

Que dirions-nous d’un propriétaire d’édifice qui déciderait de couper dans son système d’alarme, de négliger l’entretien de la plomberie, du système électrique, de couper dans le ménage, la peinture et les rénovations du toit ? Est-ce sensé de couper dans la surveillance, l’entretien et la prévention des problèmes dans un édifice ? Est-ce une vraie économie ?

C’est pourtant la décision que vient de prendre le Ministère de la santé en coupant dans la prévention pour aller chercher de maigres économies à court terme. La rumeur qui courait depuis plusieurs semaines a été confirmée par une lettre envoyée aux directeurs de santé publique à la fin du mois dernier. Elle enjoint les directrices et les directeurs à présenter un budget amputé du tiers des ressources régionales pour l’année prochaine.

Quel sera l’effet de ces mesures ? Nous, médecins spécialistes en santé publique et médecine préventive ou médecins du travail, savons très bien que de couper l’investissement en prévention c’est de nous préparer à retrouver avec plus gens dans les bureaux de médecins, les urgences, les pharmacies et les hôpitaux.

De plus, comme pour tous les médecins, notre travail se réalise à travers des équipes interdisciplinaires. Couper dans ces équipes limitera notre capacité d’agir. Ce serait comme couper le tiers des infirmières en salle d’opération…

La prévention du tabagisme, de l’obésité, des maladies chroniques, des cancers, de la négligence familiale, du décrochage scolaire, etc. tout cela en pâtira. Est-ce bien cela que nous voulons ?

Épargner des miettes aujourd’hui pour se retrouver avec une facture considérable dans cinq ou dix ans ?
Le monde entier regarde le réseau de santé publique du Québec comme une référence. On admire la sagesse de ce système de santé qui a su se donner cette vision d’avenir et la richesse de ses collaborations avec tous les secteurs de la société engagée vers une meilleure santé et un meilleur bien-être. Pourquoi mettre la hache dans ce modèle ?

Nous osons croire qu’il s’agit d’une erreur de parcours qui sera bien vite corrigée. En tous cas, nous offrons notre aide pour aider à maintenir et améliorer un système de santé porteur d’avenir. Prévenir, c’est vraiment un bon investissement !
L’Association des médecins spécialistes en santé communautaire regroupe près de 200 médecins spécialistes en santé publique et médecine préventive ou en médecine du travail. Elle est membre de la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

SOURCE Association des médecins spécialistes en santé communautaire du Québec
Renseignements : Isabelle Samson, vice présidente, 819 943 8227; Yv Bonnier Viger, président, 418 955 9017

Agir pour éliminer l’accès aux pièces en mouvement des machines agricoles

QUÉBEC, le 9 mars 2015 /CNW Telbec/ Chaque année, des producteurs et des travailleurs agricoles sont blessés par les pièces en mouvement des machines agricoles. Tracteurs, moissonneuses batteuses, presses à foin sont autant de machines dont les éléments de transmission d’énergie peuvent causer des blessures graves, dont des amputations, et même des décès.
Dans le cadre de la Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture, qui se déroulera du 11 au 18 mars prochains, la CSST et l’Union des producteurs agricoles (UPA), en collaboration avec le Réseau de santé publique en santé au travail, unissent leurs efforts pour sensibiliser les agriculteurs aux risques liés aux pièces en mouvement sur les machines agricoles. De 2009 à 2013, la CSST a recensé 250 accidents liés à des pièces en mouvement impliquant un travailleur agricole au Québec.

Lire la suite:  Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture – Agir pour éliminer l’accès aux pièces en mouvement des machines agricoles