Archives de septembre, 2015

Chronique Radio – CATTARA

Publié: 18 septembre 2015 par cattara dans Actualités

Il sera désormais possible d’écouter des chronique « santé et sécurité du travail » sur une base mensuelle à Passion Rock 105,5!

Notre première chronique, vendredi le 18 septembre 2015 est disponible pour écoute en ligne sur le site web de Passion Rock

CATTARA en entrevue à Passion Rock

Publié: 17 septembre 2015 par cattara dans Actualités

Le vendredi 18 septembre 2015, Karine Soares-Tremblay agente de prévention et de développement  CATTARA sera en entrevue à la radio Passion Rock. Elle présentera brièvement la mission de l’organisme et traitera de sujets d’actualité en santé et sécurité du travail.

L’entrevue aura lieu à 7h53 au 105,5. Il sera par la suite possible d’écouter l’extrait sonore de l’entrevue via le site web de la station radio à  Passion Rock 105.5

Le cumul des compressions budgétaires imposées par Québec et les choix qui en découlent ont des répercussions certaines sur des citoyens et des entreprises, conclut la Protectrice du citoyen. Cela se traduit notamment par « des délais d’attente croissants » dans l’administration publique, « la diminution de l’intensité de certains services » et « des indemnités moindres dans des programmes publics ».

« Je me préoccupe de l’apparition, voire de l’intensification, de pratiques qui vont à l’encontre du respect des citoyens et de leurs droits », écrit Raymonde Saint-Germain dans son rapport annuel de 150 pages, dévoilé jeudi.

En voici quelques exemples :

  • Revenu Québec durcit son attitude envers les contribuables et, dans la lutte contre la fraude fiscale – pleinement légitimée par ailleurs – estime à tort que certaines entreprises sont coupables par association;
  • la Commission de la santé et de la sécurité du travail continue de réduire par directives internes des indemnités pourtant prévues à la loi;
  • le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale prend parfois des mesures de recouvrement non conformes à une décision du Tribunal administratif du Québec;
  • les centres de santé et de services sociaux (CSSS) tardent à reloger des personnes âgées alors qu’elles se trouvent dans des résidences ne répondant plus à leurs besoins, et ce, même si les responsables de ces résidences les alertent de la situation;
  • des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) diminuent les mesures d’hygiène alors qu’ils devraient les accroître, dans un contexte où l’imposition de frais, certains indus et non toujours légalement exigibles, s’accentue, en particulier dans le réseau de la santé et des services sociaux.

Pour lire la suite de cet article suivez ce lien: Rapport de la Protectrice des citoyens

Une pétition vient d’être lancée par le député de Jonquière afin de demander l’abolition de la mesure de « redressement d’impôt » qui taxe injustement les bénéficiaires d’indemnités versées par la CSST.  Cette taxe spéciale, qui peut s’élever à plus de 2 000 $ par année, vise principalement les travailleuses et les travailleurs, ainsi que leur famille, qui reçoivent des indemnités non imposables versées par la CSST parce qu’elles ont été victimes d’un accident ou d’une maladie du travail.

 Il est possible de signer cette sur le site de l’Assemblée nationale à l’adresse suivante : PÉTITION

 (Veuillez noter que vous recevrez par la suite un message de l’Assemblée nationale afin de confirmer que vous voulez signer la pétition et vous devrez cliquer sur le lien de confirmation pour que votre nom soit ajouté à la pétition. Les noms ne sont pas rendus publics).

Nous vous invitons à signer cette pétition et à inciter vos proches à la signer.

P.S. : pour plus d’information sur cette mesure fiscale, vous pouvez consulter le document suivant: UTTAM

« Tous les ans, les pertes sont énormes, à cause des accidents et des maladies », affirme Yves Ouellet, directeur général de la FTQ-Construction, au micro d’Alain Gravel. Chaque année, environ une cinquantaine de travailleurs de la construction perdent la vie à cause de leur travail. « On ne peut pas se permettre d’avoir un record de même. » Selon Yves Ouellet, il n’y a pas assez de contrôles et il faut faire plus de prévention.

Le 15 septembre 2015, un travailleur de la construction a perdu la vie en tombant dans le fleuve Saint-Laurent depuis plateforme de chantier sur le pont Champlain.

Pour entendre l’entrevue,:  SST chantiers de construction

MARSOUI | Un travailleur de la construction et sa conjointe sont au désespoir après que la Commission des lésions professionnelles (CLP) a statué que Mario Villeneuve n’a pas subi d’entorse cervicale en mai 2012. Privé de ses prestations de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) depuis la décision, le 6 août dernier, le travailleur est maintenant contraint à l’aide sociale, avec «une contrainte sévère» au travail.

«Il a des problèmes d’équilibre. S’il vient pour monter une marche, il tombe. On a besoin d’une barrière pour le lit parce qu’il a des spasmes et il tombe tout le temps. Il a des séquelles graves, et en étant sur l’aide sociale, on n’a plus d’espoir parce qu’on sait que c’est irréversible», raconte en sanglot la conjointe de M. Villeneuve, Johanne Gasse.

Demeurant à Marsoui, en Gaspésie, M. Villeneuve, qui éprouve de la difficulté à se concentrer, est victime d’un premier accident le 13 décembre 2010, alors qu’il œuvre sur un chantier de construction d’éoliennes, à Mont-Louis, À ce moment, un diagnostic d’entorse cervicale est fait.

Voulant s’éviter des problèmes, M. Villeneuve conclut une entente à l’amiable avec son employeur, Borea Construction, afin de retirer ses réclamations à la CSST, en échange d’un montant forfaitaire de 1500 $.

Le 12 mai 2012, M. Villeneuve subit un autre accident. Un diagnostic d’entorse cervicale est retenu par le Bureau d’évaluation médicale de la CSST, accompagné d’un diagnostic de trouble d’adaptation avec humeur anxio-dépressive. La CSST conclut à une lésion professionnelle et le travailleur reçoit une indemnité de revenu de près de 2500 $ par mois.

L’employeur conteste

Borea construction conteste devant la CLP en février 2013 et le 6 août dernier, la commission tranche : «il n’est pas démontré que la preuve prépondérante que le travailleur a subi une entorse cervicale […] le 17 mai 2012», malgré plusieurs rapports médicaux déposés par le couple statuant sur l’état de santé de M. Villeneuve.

Sans ressource, le couple est contraint à l’aide sociale, qui vient d’accorder un montant global de 1149 $, en raison de la «contrainte sévère» à l’emploi de M. Villeneuve. «On ne peut pas avoir d’espoir et se dire qu’il va guérir et pouvoir retravailler pour s’en sortir. Moi, je ne peux pas aller travailler parce qu’il a toujours besoin de surveillance. On va se ramasser dans la rue parce qu’on ne pourra pas payer pour notre maison», lance en désespoir de cause Mme Gasse, affirmant avoir englouti quelque 17 000 $ pour se défendre.

Avec l’aide du préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, le couple a réussi à se trouver un avocat, qui demandera une révision de dossier.

«C’est notre espoir afin de nous donner une certaine qualité de vie», souligne Mme Gasse, consciente que les décisions de la CLP sont souvent «irréversibles».

Voir l’article : Un travailleur de la construction au désespoir _ JDM

Amiante: Une autre étude recommande la prudence

Publié: 1 septembre 2015 par cattara dans Actualités

Travaux en présence de poussière d’amiante à Thetford

THETFORD. Alors que le milieu économique et politique de Thetford Mines désire un assouplissement des règles entourant les travaux en présence de résidus d’amiante, une étude commandée par la CSST et obtenue par Radio-Canada recommande encore le maintien de ses mesures.

Rappelons que comme les résidus d’amiante se retrouvent un peu partout dans la région de Thetford Mines, les travailleurs de la voirie doivent obligatoirement se couvrir de la tête aux pieds, y compris avec des filets spécialisés pour protéger les poumons de ces particules nocives. La CSST oblige également les entrepreneurs d’être munis de douches pour une décontamination d’urgence.

Lire la suite: Travaux en présence de poussière d’amiante à Thetford