Les problèmes de santé psychologique au travail à la hausse

Publié: 10 mai 2016 par cattara dans Actualités
La thématique de la santé au travail a toujours été d’actualité, mais aujourd’hui plus que jamais, c’est la santé psychologique au travail qui retient l’attention. C’est que le problème est à la hausse, et ce, partout dans le monde et dans toutes les sphères de métiers.

Question de mieux comprendre les enjeux et la situation qui prend de l’ampleur, une équipe de l’Université de Sherbrooke présentera ce jeudi le colloque «La santé organisationnelle: des enjeux disciplinaires aux questions scientifiques», dans le cadre du Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas), qui se déroule cette semaine à Montréal.

La professeure à l’Université de Sherbrooke France Saint-Hilaire, l’une des organisatrices de ce colloque, souligne que les chiffres concernant les problèmes de santé psychologique au travail sont alarmants.

«Auparavant, on voyait ce problème davantage dans les pays industrialisés, souligne Mme Saint-Hilaire, mais maintenant on voit ça aussi dans les pays émergents. L’Organisation mondiale de la Santé indique qu’en 2020, la dépression sera la deuxième cause d’invalidité au monde et qu’elle sera la première cause en 2030.»

Il y a quinze ans, les problèmes de santé psychologique touchaient principalement les métiers de relation d’être (infirmière, enseignant, travailleur social…), mais aujourd’hui tous les secteurs sont touchés. Et quelles sont les raisons de cette importante augmentation?

«Elles sont nombreuses, répond Mme Saint-Hilaire. Il y a d’abord la cause sociétale et le fait qu’on soit dans un environnement où toutes les sphères de notre vie deviennent de plus en plus exigeantes. Mais il y a aussi la cause du travail; le fameux faire plus avec moins est en train d’exploser! On vit des mutations qui ne sont pas prises en cause au travail. Beaucoup d’organisations font des coupures dans leurs ressources, mais n’ajustent pas les demandes et les objectifs. De plus en plus de personnes vont couper sur leur temps de pause, pour pouvoir arriver. Il y a aussi les nouvelles technologies qui font que plusieurs personnes ne sont jamais vraiment débranchées du travail.»

Publicité – Lire la suite de l’article ci-dessous

Des solutions?

L’objectif de ce colloque n’est pas d’offrir directement des conseils et des solutions aux employeurs. L’événement permet plutôt de rassembler des chercheurs de différentes disciplines qui s’intéressent à l’une ou l’autre des thématiques en lien avec la santé organisationnelle, pour faire part de leurs avancées.

«Nous avons tendance à travailler en vase clos, soutient Mme Saint-Hilaire. Avec ce colloque, on regroupe les forces scientifiques de différentes disciplines pour avoir plusieurs points de vue.»

Selon la professeure à l’Université de Sherbrooke, les solutions pour faire diminuer les chiffres existent, mais encore faut-il que tous les acteurs concernés (employeurs, employés, équipe des ressources humaines,…) acceptent de mettre du sien.

«Quand le taux d’invalidité augmente, l’employeur est facile à convaincre qu’il faut intervenir, puisque ça lui coûte extrêmement cher, explique Mme Saint-Hilaire. Pour pouvoir améliorer les choses, il est important de faire une super équipe avec des expertises et des solutions différentes. Un gestionnaire doit vraiment comprendre ce qui se passe dans son organisation et toujours être en mesure de réajuster le tir en fonction de l’évolution de son contexte organisationnel.»

Selon la professeure Saint-Hilaire, le manque de reconnaissance au travail est un point qui revient souvent de la part des employés. Pourtant, plusieurs programmes existent, que ce soit en ce qui a trait à la reconnaissance ou à tous autres facteurs, et seraient profitables dans une entreprise.

«Il faut être en mesure de mettre en place ces programmes, mais il faut surtout être en mesure de les maintenir dans le temps, précise-t-elle. Ces programmes sont souvent vus comme quelque chose de bon, mais en période de turbulence, c’est la première chose que l’on coupe, car c’est vu comme une dépense. Pourtant, c’est ce qui nous permettrait de passer à travers cette turbulence de manière plus efficace et avec moins de dégâts.»

 

Beaucoup d’employeurs coupent dans leurs ressources, mais leurs objectifs et leurs demandes sont les mêmes

France St-Hilaire, professeure

Source: http://www.lejournaldesherbrooke.ca/actualites/societe/2016/5/9/les-problemes-de-sante-psychologique-au-travail-a-la-hausse.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s