Opioïdes ou cannabis?

Publié: 31 octobre 2018 par cattara dans Actualités

PAS VRAIMENT LE CHOIX À LA SAAQ

Le mois dernier, l’émission La facture, diffusée sur les ondes de Ici Radio-Canada télé, nous invitait à pénétrer une fois de plus les méandres de la bureaucratie. Cette fois-ci, il y était question du cas de Katia Hurdle, une jeune femme victime d’un accident d’auto, à qui l’on prescrivait des opioïdes pour ses douleurs chroniques. Jusque là, aucun problème, la SAAQ lui rembourse  le dilaudil au fentanyl et la méthadone qu’elle doit prendre. Une somme de 800$ par mois. Or, les effets de cette médicationprovoquent chez elles des réactions terribles.

Après de nombreuses démarches elle consulte le docteur William Barakett, médecin de famille et spécialiste de la douleur, qui lui recommande le cannabis médicinal. Elle accepte, faisant fi de ses propres préjugés envers les consommateurs de pot.

C’est à ce moment que le bât blesse et que la situation frôle l’absurde. À la SAAQ on refuse de lui rembourser le produit pourtant beaucoup moins cher et prescrit sur ordonnance, faut-il le rappeler.

Madame Hurdle explique qu’avec les opioïdes elle avait « des hallucinations, parfois des conversations avec des gens qui n’étaient pas là et (qu’elle pouvait) flatter des animaux qui n’existaient pas. » C’est pour ces raisons qu’elle s’était résolue à suivre les conseils du docteur Barakett. Accompagnée par ce dernier, elle avait trouvé la dose qui lui convenait et commencé à consommer son cannabis médicinal sous forme d’huile et de capsules.

Après un mois, elle cesse les opioïdes et se porte mieux. Toutefois, rien pour faire changer d’idée la SAAQ. Elle ne sera pas remboursée! Car, fait-on valoir, « seuls les médicaments inscrits sur la liste du Régime général d’assurance médicament (RGAM) peuvent être remboursés. » Le plus grotesque c’est qu’à la CNESST « si la substance est prescrite dans le but d’offrir à la personne un meilleur rétablissement et un meilleur contrôle de sa douleur, on peut la considérer comme un médicament », indique Claire Frémont qui signe le reportage pour La facture.

Il est clair que la que la situation va changer et que la SAAQ et la RGAM en viendront elles aussi à reconnaître le cannabis médicinal comme un médicament. toutefois cela risque de prendre encore du temps. En attendant, Katia Hurdle continue à prendre son cannabis médicinal… à ses frais. Consolation, elle a retrouvé « l’espoir de travailler à nouveau et sa situation s’améliore de jour en jour. » Pas question pour elle « de revenir en arrière. »

QUELQUES EFFETS POTENTIELS DES OPIOÏDES :

  • sentiment d’euphorie
  • somnolence
  • détente
  • difficulté de concentration
  • contraction des pupilles
  • nausées
  • vomissements
  • constipation
  • perte d’appétit
  • transpiration
  • ralentissement de la respiration…

Enfin la prise d’opioïdes peut conduire à une accoutumance et pousser le consommateur à augmenter sa dose pour pallier le manque ressenti.

Pour lire l’article de Claire Frémont :
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1128974/cannabis-medical-saaq-remboursement-drogue-legalisation-accident-voiture-douleur-chronique

                                 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s